Le projet

« Je veux mettre au cœur du projet un théâtre d’art exigeant et populaire, avec ses missions de création et de formation ; je veux mener de front l’excellence artistique et l’élargissement des publics. » Stanislas Nordey

Le nouveau directeur du TNS a tenu à ce que son projet soit ouvert de façon équitable et paritaire aux trois artisans indispensables d’une création théâtrale : l’acteur, l’auteur et le metteur en scène. Ensemble, ils œuvreront à créer un véritable théâtre-école.

« Un théâtre c’est avant tout les artistes. Et un théâtre ne peut pas être dirigé par un seul artiste. »
Durant les prochaines années, Stanislas Nordey souhaite expérimenter un nouveau modèle de direction : une vingtaine d’artistes participeront à ses côtés à l’ensemble du processus de direction : 6 metteurs en scènes, 10 acteurs, 4 auteurs.
Il s’agira de faire exister un vivier permanent de créateurs permettant de développer les pratiques artistiques sur la durée, à la fois au sein du TNS mais également à l’extérieur.

6 metteurs en scène : Julien Gosselin, Thomas Jolly, Lazare, Christine Letailleur, Blandine Savetier, Anne Théron
10 acteurs : Emmanuelle Béart, Audrey Bonnet, Nicolas Bouchaud, Vincent Dissez, Valérie Dréville, Claude Duparfait, Véronique Nordey, Laurent Poitrenaux, Dominique Reymond, Laurent Sauvage
4 auteurs : Pascal Rambert, Falk Richter, Marie NDiaye, Claudine Galea

« Pour une parité jusque dans les équipes artistiques. » 
La parité au sein des équipes de création – sur le plateau et en coulisses – sera un des critères majeurs dans la construction de la programmation du TNS. La même attention sera portée à l’enseignement au sein de l’École.
Stanislas Nordey tient à créer une revue sur le théâtre. Source d’identité, espace de pensées, incubateur de problématiques. Cette revue sera dirigée par un collectif d’auteurs et portera en grande partie sur l’écriture.

« Un théâtre-école, là où se construit le théâtre public d’aujourd’hui et de demain. »
Une cinquantaine de jeunes artistes vivent déjà quotidiennement au sein du Théâtre National de Strasbourg : les élèves de l’École. Cette singularité est un atout extraordinaire. Les élèves seront particulièrement sensibilisés au répertoire contemporain,  seront associés à de nombreuses activités du théâtre et travailleront dans tous les espaces. Les artistes associés transmettront aux élèves des outils artistiques et techniques concrets, à la fois ancrés dans une tradition théâtrale qu’il est nécessaire de connaitre et dans un paysage scénique actuel en perpétuel changement.

« Les métiers du spectacle doivent être accessibles à la diversité. »
Au-delà du public, on constate aujourd’hui sur les plateaux de théâtre et dans les écoles d’art dramatique une sous-représentation des couches sociales défavorisées et des « minorités visibles ».
L’un des enjeux majeurs du projet de Stanislas Nordey est de faire en sorte que la diversité qui existe au sein de la population se retrouve dans nos métiers, sur nos scènes et dans nos salles. La diversité sociale et culturelle doit être une réalité. Il est du devoir des artistes et équipes de direction d’un théâtre de service public de modifier ses équilibres de façon volontariste et déterminée.

« La décentralisation en France n’est pas à l’œuvre au quotidien dans les théâtres. »
Il faut, là encore, une politique volontariste et obstinée en direction de ceux qui ne vont pas au théâtre.
Elle doit viser celles et ceux qui n’ont pas les moyens économiques ou géographiques de s’y rendre ainsi que ceux qui sont confrontés à des obstacles culturels.
Tous au TNS seront appelés à réfléchir sur des dispositifs simples permettant de donner envie à ces nouveaux publics d’entrer dans un théâtre et de casser ainsi la barrière symbolique qui les éloigne souvent des activités proposées au sein d’une institution culturelle.
Nouveaux horaires, week-ends théâtraux, ateliers de pratiques artistiques auprès de publics socialement et culturellement défavorisés, création de petites formes itinérantes…
Une première proposition sera faite dès la saison 15-16, sous la forme d’une saison parallèle à la programmation. Cette saison parallèle qui s’intitulera « L’autre saison » rassemblera un grand nombre de RDV gratuits, ouverts à tous, et accessibles sans avoir vu les spectacles.

« Le TNS doit être un théâtre de création. Le patrimoine théâtral sera l’exception et non la règle. »
S’il est évidemment important de préserver le patrimoine, il faut se redire souvent que les auteurs d’aujourd’hui font le patrimoine de demain. Il y a d’immenses œuvres dans le répertoire contemporain.

Créer, faire découvrir, revisiter des formes, en inventer de nouvelles font partie des missions majeures d’un théâtre national. Les projets de productions et coproductions du TNS pour les années à venir sont ambitieux. En même temps, le TNS restera ouvert aux grands aînés qui viendront y créer et transmettre.
 

Choisissez votre langue

  • English (coming soon)
  • Deutsch (in Kürze verfügbar)

Utilisation des cookies

En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, cliquez ici